Travaux d’isolation : le prêt à taux zéro ( PTZ )va profiter à plus de propriétaires

Travaux d’isolation : le prêt à taux zéro ( PTZ )va profiter à plus de propriétaires

Le projet de loi de finances 2019 prévoit que l’éco- PTZ se prolonge jusqu’en 2021 et concerne désormais tous les propriétaires qui envisagent de réaliser un ou plusieurs travaux d’amélioration des performances énergétiques.

«Trop nombreuses», «mal articulées» et «méconnues des Français». Fin avril, du temps où Nicolas Hulot était encore ministre de la Transition écologique, le gouvernement reconnaissait qu’une simplification des aides publiques pour les travaux d’isolation s’imposait. Bien que Nicolas Hulot ait démissionné de son poste, cet objectif reste d’actualité.

» LIRE AUSSI – Rénovation énergétique: l‘exécutif promet de simplifier les aides

Afin d’atteindre l’objectif de 500.000 logements rénovés par an qu’il s’est fixé, le gouvernement a décidé de prolonger le dispositif pendant trois ans «tout en le simplifiant drastiquement», peut-on lire dans le projet de loi de finances 2019. Concrètement, ce PTZ, qui est cumulable avec le crédit d’impôt transition énergétique, ne sera plus seulement réservé aux propriétaires qui s’engagent à réaliser plusieurs travaux simultanément.

Ainsi, tout propriétaire d’un logement de plus de deux ans (propriétaires (ou copropriétaires) occupants ou bailleurs de résidences principales et désormais de résidences secondaires) pourra désormais être éligible à un éco- PTZ dès lors qu’il entreprend l’un des travaux suivants: isolation de la totalité de la toiture; isolation d’au moins la moitié de la surface des murs donnant sur l’extérieur; isolation d’au moins la moitié des parois vitrées et remplacement des portes donnant sur l’extérieur; installation, régulation ou remplacement de systèmes de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire performants; installation d’équipements de chauffage utilisant une source d’énergie renouvelable ou encore installation d’équipements de production d’eau chaude sanitaire utilisant une source d’énergie renouvelable.

» LIRE AUSSI – La fin de l’aide fiscale pour les nouvelles fenêtres fait grincer des dents

Concernant les conditions de prêt, elles restent inchangées. Ainsi, les propriétaires pourront bénéficier d’un prêt maximal de 30.000 euros, remboursable sur une durée maximale de 15 ans. Pour les logements neufs, la quotité  est inchangée: il se maintient à 40% du montant des travaux pour les zones tendues (où la demande excède l’offre) et 20% pour les zones détendues (l’offre est supérieure à la demande). Pour les logements anciens avec travaux, ce pourcentage est de 40% pour les zones détendues, les zones tendues n’étant pas éligibles quant à elles. Enfin, quelle que soit la zone géographique, la quotité de prêt, en cas de revente d’un HLM, est de 10%. Les contours de ce dispositif, intégré au projet de loi de finances 2019, pourraient être amenés à être modifiées durant l’examen du texte par les parlementaires ces prochaines semaines.

Par Guillaume Errard

  • Mis à jour Publié 

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.